Tags

, , ,

La Relocalisation des victimes du séisme vivaient sous les Tentes est possible.
Si le pays dispose plus que 1.080.000 ha non cultivés, soit 39 % du territoire, selon le livre Investir dans l’Humain ; pourquoi ne pas en profité pour relocaliser les victimes ?
Si la majorité des entreprises privées qui ont été détruites devraient se reconstruire ; Pourquoi pas une déconcentration du secteur privé à proximité des nouveaux villages?
Si on parle de la reconstruction pour créer ( vil nou vle a) ; Pourquoi l’état s’associe avec les ONG, pour entasser les victimes dans les bidonville ?
Un programme bidon de vingt mille gourdes (20000) gdes, qui augmente la promiscuité la délinquance et l’insécurité dans les quartiers.
Il est préférable de relocaliser les victimes dans les shelters des ONG, sur des domaines de l’état sous forme de village.


Il est impérieux que l’état, le secteur privé et les agences de développement s’assied avec les victimes du séisme sous les tentes pour élaborer un programme de crédit habitat spécial, allant sur une période de dix à quinze ans, sans hypothèque, sans escroquerie.
Les acquis et opportunités par rapport à ce projet
1- Les Domaines de l’état sont partout, à Cabaret, Ganthier, Acachaie etc
2- Avec un système de sabotay Haïtien, de 110 gourdes par jour, Les victimes peuvent générer environs dix mille trente sept dollar us sur 10 ans et plus sur 15 ans selon la dimension de maison choisie par le chef de la famille.

N.B à l’aide des Shelters des ONG, l’Etat peut récupérer la première tranche d’argent venue des victimes sur la première année, pour commencer avec la construction en dur petit à petit.
Cela explique que, le camp ACRA NORD Delmas 33 peut générer avec ses six mille familles.
110 gourdes par jour x 6000 familles x 365 jour = 240.900 000 gourdes l’an.
Plan de construction
Deux plans à considéré :
1- Construction en dur si l’Etat à trouver des fonds
2- Relocalisation en Shelter

– La construction en dur devrait ce faire en hauteur, afin de mieux gérer l’espace, par exemple building 2004.
CONTEXTE
12 Janvier 2010, jour inoubliable qui appauvrit le pays et qui augmente le nombre d’orphelin, handicapés et sans abri.
Donc, l’état devrait se pencher vite, sur une solution durable non éphémère.
L’engagement de l’état dans la reconstruction ou la refondation d’Haïti devrait commencer en avale et non en amont, en avale veut dire pour nous les victimes vivaient sous les tentes :
– Relocalisation des victimes sur les domaines de l’état.
– Lotissement favorable à un projet de construction de village moderne et anti- sismique, que les victimes devraient payer à crédit par bon sur une période de dix à quinze ans.
Dans ce contexte nous, les victimes du camp ACRA NORD et ADOQUIN de Delmas 33 propose au gouvernement et aux institutions concernés ce projet, qui est le pur travail du camp ACRA, en vu de démontrés noir sur blanc que les victimes pourraient devenir une potentielle économique intéressant pour l’assiette fiscal du pays via paiement impôt locatif, eau, électricité, ordure et autre.
Que ce projet représente le pilote, pour relocaliser les bidonvilles qui est déjà une menace imminent pour le pays.

DIFFERENTS PLANS

Deux chambres à coucher
CAMP ACRA NORD DELMAS 33
ADOQUIN

LE SEISME
UNE OPPORTUNITĖ DANS LE MALHEUR

POUR LES VICTIMES DU SEISME 12 JANVIER 2010
Préparer par : JN. LOUIS Elie Joseph
E-mail : chanjemleson@yahoo.fr
Phone : 3688-8228/3688-8712
s